Hovnan

Le 11 novembre dernier, un nouveau spectacle, « Hovnan », montait sur scène au théâtre de Marionnettes d’Erevan. Quatre mois plus tard, il vient d’être rejoué à deux reprises, les 10 et 11 mars, et ne se hâterait pas de quitter les affiches. Il fait désormais partie du répertoire du Théâtre, vu sa réception particulièrement chaleureuse auprès des spectateurs.

« Hovnan » est le fruit d’un projet arméno-suisse soutenu par l’Université des Arts de Zurich et l’Ambassade suisse à Erevan. Sous-titré « improvisation biblique », il part d’un passage de l’Ancien Testament, le Livre de Jonas (Hovnan en arménien), afin d’en donner une interprétation nouvelle. La mise en scène du spectacle revient à Narine Grigoryan, tandis que la scénographie a été réalisée par Victoria Riedo-Hovhannisyan. Quant à la distribution, elle met à l’honneur la jeune génération des acteurs arméniens avec Andranik Mikayelyan, Manvel Sargsyan, Narek Baghdasaryan, Artsrun Chobanyan, Stepan Shahinyan et Hripsime Shahinyan.  « Le Courrier d’Erevan » vous propose de découvrir en français l’interview de Narine Grigoryan accordée au site Panorama.am en amont de la première de « Hovnan » :

- Pourquoi avez-vous décidé de mettre en scène un spectacle basé sur un sujet biblique ?
- La Bible est un livre de tous les temps, et nous voulions le démontrer encore une fois. La question que je poserais serait plutôt : pourquoi c’est justement la prophétie de Jonas qui a été choisie ? En réalité, beaucoup de personnes ne savent pas que cette histoire provient de la Bible. Parmi les prophètes, Jonas était celui qui avait le comportement le plus inattendu, qui fuyait la responsabilité, qui était plus proche des êtres humains comme nous puisque les prophètes étaient généralement plus pieux. Il m’a semblé que c’est justement de Hovnan que le spectateur se sentirait plus proche. L’humour est très présent dans le spectacle.

- Quelle est l'actualité du sujet?
- Parmi les quelques spectacles que j'ai déjà mis en scène, je crois que c'est le plus actuel, portant le souffle du modernisme, vu que les acteurs sont jeunes, la musique que l'on y entend est du rock, et que son message aussi concerne les gens d'aujourd'hui.

- Quel est justement le message principal du spectacle?
- Il y en a plusieurs : chaque spectateur repèrera son propre message, en fonction de son expérience. Je n'aime pas indiquer un message en particulier. Ce qui m'a attiré durant le processus de la mise en scène, c’était la grandeur de l’amour de Dieu envers l'être humain et notre propre responsabilité devant cet amour. Combien nous sommes responsables d'aimer, et peut-être que le monde en deviendrait vraiment meilleur ! En effet, chaque instant est prêt à nous pardonner, il faut juste nous secouer.

- Combien de temps la mise en scène vous a-t-elle prise?
- La mise en scène proprement dite a duré deux mois, précédée de préparatifs. Le plus grand avantage de ce spectacle réside dans la présence de scénographe : Victoria Riedo qui est une artiste excellente, et la collaboration avec elle était superbe. Les acteurs sont des étudiants de Master de l'Institut d'État du Théâtre et du Cinéma d'Erevan. Je suis admirative de leur travail et de leur dévouement. Nous avons une magnifique génération de jeunes acteurs.

Source : Panorama.am 

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost