Erevan passe le flambeau à Antananarivo

La 31e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie dont la capitale arménienne était l’hôte en 2015 a officiellement pris fin le 11 octobre par la conférence de presse organisée au Complexe des concerts et du sport Karen Démirtchian. C’est d’ailleurs sur ce même site que s’étaient déroulées également toutes les sessions tenues dans le cadre de cet événement d’envergure à l’échelle francophone avec la participation de 500 représentants venus de 80 pays sur les cinq continents du monde .

Le bilan des deux journées de travail a été présenté par la secrétaire générale de la Francophonie Mme Michaëlle Jean, le ministre arménien des Affaires étrangères M Edouard Nalbandian et ses homologues sénégalais et malgache, respectivement M Mankeur Ndiaye et Mme Béatrice Atallah, M Ndiaye venant de passer à Mme Attalah la présidence du sommet de la Francophonie au terme de la Conférence ministérielle.

Rapport sur l’état d’avancement du programme d’action établi en 2014 lors du sommet de la Francophonie de Dakar et perspectives du sommet d’Antananarivo attendu en 2016, 21e Conférence de Paris sur les changements climatiques, mouvements migratoires et question des réfugiés, mobilisation des jeunes au sein de la Francophonie, crises et conflits politiques ou stratégies économiques au sein de l’espace francophone : les participants de la Conférence ministérielle ont développé des réflexions sur tous les fronts et tous les sujets d’actualité internationale où l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est engagée.

Comme résultat, cinq résolutions ont été adoptées portant sur « la Francophonie, espace de paix, de tolérance, de diversité, de dialogue et de compréhension mutuelle », « la prévention du génocide », « les enjeux de la 21e Conférence des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques », « les réfugiés et les migrants », « la participation de la jeunesse à la vie des institutions de la Francophonie ».

« Il est des lieux où le pouls de l’histoire bat très fort », a rappelé Mme Michaëlle Jean ses propres paroles exprimées lors de son discours d’ouverture de la Conférence, enveloppées cette fois-ci d’une émotion particulière qu’on sentait due à la visite du Mémorial aux victimes du génocide arménien le matin même, ensemble avec les participants de la Conférence. Lieu où elle a dit avoir senti les blessures et les souffrances du peuple arménien mais aussi sa force – et où la secrétaire générale voudra d’ailleurs revenir juste le lendemain, seule cette fois-ci – et « à tout cela, nous nous associons et nous nous y retrouvons », a-t-elle soulignée.

S’agirait-il donc d’une appréciation réciproque entre l’Arménie et l’OIF, étant donné que l’honneur mais aussi la responsabilité de l’organisation d’un événement d’une telle importance comme la Conférence ministérielle est confiée à l’Arménie seulement trois ans après son adhésion à l’OIF à titre de membre à part entière ? La réponse de la secrétaire générale à la question du Courrier d’Erevan a été la pleine approbation : rappelant la feuille de route « extrêmement ambitieuse » élaborée lors de la Conférence sur un fonds de « crises et de turbulences sans précédent dont nous sommes frappés de toutes part », y compris au sein de l’espace francophone, Mme Michaëlle Jean a souligné « l’engagement exceptionnel et la détermination de l’Arménie à apporter sa contribution » à la Francophonie par sa propre expérience dont le thème choisi par elle pour cette 31e session de la Conférence, « La paix, la tolérance, le dialogue et la compréhension mutuelle dans l’espace francophone » était le témoignage, plus que parlant à une date aussi symbolique pour le peuple arménien que le Centenaire du Génocide. « Ce qui s’est passé ici était d’une très grande qualité », a tenu à assurer Mme Jean une fois de plus.

 * La Conférence ministérielle de la Francophonie fait partie des trois instances de l’OIF et a pour vocation d’assurer la continuité politique du Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays membres de la Francophonie tenu tous les deux ans.  Le prochain Sommet se réunira en 2016 à Antananarivo (Madagascar), autour du thème « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone ». 

La prochaine CMF se tiendra à Antananarivo les 17 et 18 novembre 2016. Elle sera précédée par le CPF le 15 novembre et suivie par le XVIe Sommet de la francophonie, les 19 et 20 novembre 2016. Le thème retenu : « croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone ».

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost