Circonscription Arménie-Géorgie: candidates aux élections des conseillers consulaires. Gohar DUBOST

Après un vote sur Internet du 14 au 20 mai, les Français de l'étranger seront appelés aux urnes les 24 et 25 mai pour élire leurs représentants locaux auprès des ambassades et des consulats français, à savoir les conseillers consulaires. Avant que l'obligation de silence n'entre en vigueur, Le Courrier d'Erevan vous présente les deux candidates aux élections pour la circonscription Arménie-Géorgie: Mme Lusine Bardon et Mme Gohar Dubost

À connaître le parcours et les engagements des candidates, il ne serait pas facile aux 360 Français votant d'Arménie ni aux 166 Français votant de Géorgie de faire le choix. Chefs d'entreprise, d'une quarantaine d'années, ayant une formation et un parcours impressionnants, toutes les deux candidates sont très impliquées dans la vie de la communauté française dans les pays respectfs et l'étaient avant même la nouvelle réforme 2013 prévoyant la création de conseils consulaires. Motivées et à l'écoute de la voix « polyphonique » des expatriés français en Arménie et en Géorgie, l'issue des élections n'aurait aucun impact sur les activités sociales de Mme Dubost et de Mme Bardon en faveur de la communauté française, affirment-elles séparément.  

Mme Gohar Dubost - femme d'affaires, au contact facile, qui « aime aller voir les gens, leur parler et essayer de leur donner un coup de main » - est convaincue de la nécessité de l'équilibre dans la vie, principe qui la guide dans ses activités aussi bien professionnelles que sociales. Résidant en Arménie, Mme Dubost travaille depuis trois ans auprès de l'Ambassade de France autour de projets, notamment éducatifs, de sécurité et de nombreux projets sociaux. Si elle a décidé de se porter candidate, c'est qu'elle est déjà très engagée dans la vie de la communauté française, « en particulier dans la mise en œuvre des mécanismes de solidarité envers les plus vulnérables d'entre nous, ainsi que dans la mise en place opérationnelle du réseau de sécurité français », précise-t-elle dans sa circulaire. Engagée à titre bénévole, son élection en tant que consillère consulaire n'apporterait pas de grands changements dans son mode de vie, les tâches principales d'un futur conseiller – dont la fonction première est, d'après sa propre définition, de « guider les gens, de comprendre leurs besoins et de leur fournir l'information nécessaire », faisant déjà partie de ses activités. Mme Dubost appelle sa candidature pragmatique et indépendante, affirmant ne jamais faire des promesses qu'elle ne pourraient pas tenir et se revendiquant sans-parti. 

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost