Circonscription Arménie-Géorgie: candidates aux élections des conseillers consulaires. Lusiné BARDON

Après un vote sur Internet du 14 au 20 mai, les Français de l'étranger seront appelés aux urnes les 24 et 25 mai pour élire leurs représentants locaux auprès des ambassades et des consulats français, à savoir les conseillers consulaires. Avant que l'obligation de silence n'entre en vigueur, Le Courrier d'Erevan vous présente les deux candidates aux élections pour la circonscription Arménie-Géorgie: Mme Lusine Bardon et Mme Gohar Dubost. 

À connaître le parcours et les engagements des candidates, il ne serait pas facile aux 360 Français votant d'Arménie ni aux 166 Français votant de Géorgie de faire le choix. Chefs d'entreprise, d'une quarantaine d'années, ayant une formation et un parcours impressionnants, toutes les deux candidates sont très impliquées dans la vie de la communauté française dans les pays respectfs et l'étaient avant même la nouvelle réforme 2013 prévoyant la création de conseils consulaires. Motivées et à l'écoute de la voix « polyphonique » des expatriés français en Arménie et en Géorgie, l'issue des élections n'aurait aucun impact sur les activités sociales de Mme Dubost et de Mme Bardon en faveur de la communauté française, affirment-elles séparément.  

Mme Lusine Bardon est la candidate aux élections de la part de la Géorgie. Arménienne d'origine, Mme Bardon s'est installée dans le pays voisin il y a plus de dix ans où elle conjugue actuellement les postes de chef d’entreprise, de chargée de Mission pour l’UMP en Géorgie et de présidente de l'UFE-Géorgie (Union des Français de l'étranger).

En tant que présidente de l'UFE et membre de la commission d'aide sociale à l'Ambassade française, elle connaît personnellement tous les Français de Géorgie qui ne sont qu'une trentaine à y résider de façon permanente. Ainsi, la volonté de connaître les attentes et les besoins de son électorat dans l'ensemble a amené Mme Bardon en Arménie où elle a fait du porte-à-porte trois semaines durant afin de prendre connaissance des préoccupations et des difficultés auxquelles la communauté française d'Arménie - d'ailleurs beaucoup plus importante qu'en Géorgie, la plupart étant des descendants des rapatriés des deux vagues (1936,1947) sous les Soviets - est confrontée. En somme, Mme Bardon aurait rendu visite à 90 familles, soit plus de 150 personnes et recensé divers problèmes « liés en grande partie au manque d'information », note-t-elle. Pour Mme Bardon, le travail du conseiller consulaire ne se limite pas à une collaboration avec l'administration locale, mais doit se faire aussi avec les institutions politiques nationales, et c'est là que le soutien de l'UMP, premier parti politique de France et de l'UFE, première association des Français de l'étranger, mais aussi d'élus français d'orientations politiques différentes - soutiens dont elle jouit pleinement - pourrait être d'une grande utilité pour la communauté française de la circonscription. En même temps, Mme Bardon insiste sur le fait qu'un candidat élu au suffrage universel direct est élu de tous les Français, donc pour tous les Français, indépendamment de l'etiquette politique. 

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost