Les écoles françaises en Arménie : le nouveau départ

Jeudi le 12 juin, l'Ambassadeur de France en Arménie M Henri Reynaud a visité les nouveaux locaux de l'école maternelle française et l'École française d'Erevan que la maternelle est venue rejoindre depuis un peu plus d'un mois. 

La conférence de presse organisée après la visite à laquelle ont participé M. l’Ambassadeur Henri Reynaud, le Conseiller de coopération et d’action culturelle M Jean-Michel Kasbarian et les directeurs des deux écoles - Mme Armine Sargsyan pour l'Ecole maternelle et M Martin Becker pour l'Ecole française d'Erevan - avait pour but de permettre à accroître la visibilité des deux établissements d'enseignement français réunis désormais sous le même toit pour assurer la continuité de l'enseignement français en Arménie et renforcer leurs liens de coopération.

À l'heure actuelle, les deux écoles françaises d’Erevan accueillent ensemble 180 élèves (dont 87 fréquentent la maternelle). Les élèves Arméniens y constituent la majorité (environ 40 %), suivis par les Français (35 %) et les enfants de parents d'autres nationalités en mission en Arménie. La croissance de leur nombre en comparaison avec l’année dernière ne serait pas négligeable: 10 % pour la maternelle, 25 % pour l'école primaire et presque le double parmi les élèves du secondaire. « Cette année, nous aurons notre première candidate au baccaleuréat français », a précisé M Reynaud, ce qui lui ouvrira les portes de toutes les universités en France. D'ailleurs, les élèves ont la possibilité de suivre un cursus à la française sans avoir besoin de se déplacer : l'UFAR (l'Université française en Arménie) couronnant de son succès le cycle entier de l'enseignement français en Arménie.  

Malgré ces succès évidents et loin de vouloir « se reposer sur les lauriers », le maintien et l'amélioration de la qualité de l'enseignement - assurée par le haut niveau de compétence et de motivation de l'équipe enseignante et les petits effectifs des classes – restent au centre des préoccupations de l'Ambassade de France. À cet effet, une augmentation du nombre d'enseignants titulaires est prévue (ils seront cinq à la rentrée 2014), parallèlement aux projets de formation régulière du personnel enseignant des deux établissements.

Reconnues par le Ministère français de l’Education nationale, suivies par les instances des établissements d'enseignement français à l'étranger (en particulier l'AEFE, Agence pour l'enseignement français à l'étranger pour la maternelle et la Mission laïque française pour la primaire dont la représentante était en visite en Arménie ces jours-ci), les deux écoles françaises d’Erevan font partie du vaste réseau mondial des quelque 500 établissements présents dans 130 pays. L'existence d'un réseau pareil permet de faciliter la scolarisation des enfants français lors de tout déplacement prolongé dans un pays étranger. En même temps, les écoles françaises respectent les exigences de l'enseignement local : ici à Erevan, la langue et la culture arméniennes figurent parmi les disciplines obligatoires de leurs programmes.

En répondant à la question de l’une des journalistes présentes à la conférence de presse, M Kasbarian, qui représente en même temps le Ministère français de l'Educaton nationale, a informé que les frais de scolarité dans les deux établissements constituent aujourd’hui environ 2400 euros/an, ce qui est moins par rapport aux autres écoles françaises de la région. Cela dit, toujours selon M Kasbarian, des bourses sont octroyées à beaucoup d'élèves français, et un nouveau système de bourses sera mis en place sous peu à l'intention des élèves arméniens aussi qui sera basé sur des critères aussi bien d'excellence que sociaux.  Cela ne fait pas de doute : l’enseignement français en Arménie a le vent en poupe !  

 

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost