Nouveau bâtiment du lycée 119 ouvre ses portes à Erevan

Le 15 mai 2015, le lycée franco-arménien N 119 entier était mobilisé pour la visite d’Armen Ashotyan, ministre arménien de l’Éducation et de la Science, et de Thierry Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la Simplification auprès du Premier ministre français, à l’occasion de l’inauguration officielle du nouveau bâtiment du lycée, construit et équipé avec le soutien de l’AIMF (Association internationale des maires francophones).

De petits drapeaux arméniens et français dans les mains de chacun, les rangs d’élèves indiquaient le chemin menant au nouveau bâtiment. Professeurs et parents attendaient avec eux. À l’arrivée des hôtes – accompagnés de l’ambassadeur français Jean-François Charpentier, de représentants de la mairie d’Erevan et d’autres - accueil avec du pain et du sel, chœur d’élèves chantant un morceau des Choristes comme bienvenue, coupure de la bande rouge, tour des locaux avec démonstrations de cours et une photo collective à la fin (sans compter le selfie avec le ministre Ashotyan que les élèves du lycée, excités, sont arrivés à se procurer) : la visite s’est déroulée à la traditionnelle. 

Au terme de leur visite, le ministre arménien et le secrétaire d’État français ont souligné l’importance, de part et d’autre, de l’enseignement du français approfondi en Arménie et l’existence du lycée N 119, fruit d’une coopération « basée sur un système de valeurs commun et des relations historiques et culturelles de longue date ». M Ashotyan a fait part de son « rêve d’avoir un jour à Erevan un lycée français à part, porteur des valeurs de la francophonie, et qui permettrait d’avoir un programme éducatif international de plus dans le système d’éducation arménien ».

Le nouveau bâtiment du lycée permettra d’organiser l’enseignement renforcé du français de manière plus efficace, en utilisant les méthodes et les outils d’enseignement modernes. À l’issue de leurs études, les lycéens seront dispensés d’un diplôme arménien avec mention francophone ce qui leur épargnera le test de langue pour intégrer les universités françaises. En plus, « trois bourses d’excellence seront octroyées aux meilleurs élèves pour la poursuite de leurs études supérieures en France. « Des facilitations sont prévues dans le futur sur place aussi pour les jeunes qui souhaiteraient intégrer l’Université française en Arménie (UFAR) », a noté Fabien Neyrat, attaché de coopération pour le français à l’Ambassade de France en Arménie.

L’enseignement du français renforcé – gratuit comme l’enseignement secondaire dans toute l’Arménie - a été introduit au lycée N 119 par un mémorandum signé en 2013 par le ministre Ashotyan et Henri Reynaud, ambassadeur de France en Arménie à l’époque. La filière francophone permet aux élèves de 10ème, 11ème et 12ème classes de « bénéficier d’un horaire renforcé de langue et littérature françaises, d’enseignement d’histoire-géographie en français et plus largement du modèle d’éducation français ». Peuvent intégrer le lycée tous les élèves francophones (avec un niveau A2 ou B1), issus des écoles de la capitale ou des régions, ayant terminé avec succès leur 9e année et faisant preuve d’une grande motivation. 

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost