Easy Conseils: une nouvelle entreprise française à Erevan

Il y a cinq ans, François Joannin, fondateur et président de la Easy Conseils Assurances, décida d’externaliser pour la première fois son cabinet fondé à Voiron (France), en 2008. À l’époque, le choix tomba sur le Maroc où 30 personnes s’occupent actuellement de la vente à distance des produits d’assurance proposés par la compagnie. En début 2015, M Joannin était à la recherche de nouveaux pays et d’autres façons d’externaliser son entreprise lorsque son ami Denis Djorkaeff, le frère du célèbre footballeur français d’origine arménienne, lui parla de l’Arménie. En septembre dernier, François Joannin était déjà à Erevan, pour tâter le terrain. Quelques mois plus tard, le 20 décembre 2015, le nouveau centre d’appels francophone démarrait officiellement ses activités.

À part la présence sur place de suffisamment de bons francophones indispensable pour démarrer un tel projet, l'un des facteurs particulièrement déterminants dans la décision de M Joannin d’investir cette fois-ci en Arménie a été la souplesse de la législation locale pour ceux qui voudraient lancer une PME en Arménie. Ainsi, il s’agit d’un projet d’affaires qui ne débute pas, comme point de départ, par les origines arméniennes de l’initiateur du projet, Corse en l’occurrence. « Mais on m’a déjà dit que les Corses étaient comme les Arméniens », remarque en riant M Joannin qui se familiarise peu à peu avec le pays, à force de passer en Arménie une semaine par mois.

Baptisée Easy Conseils Armen et enregistrée en Arménie, la compagnie s’est installée au centre d’affaires Erébouni Plaza, au cœur-même de la capitale, avec un personnel initial d’une quinzaine de personnes. « Au sein de notre centre erevanais, nous avons trois métiers différents : qualification de fichiers, prise de rendez-vous pour les commerciaux du terrain et vente à distance », informe M Joannin. Ayant démarré par la qualification des fichiers, Easy Conseils Armen procède maintenant à l’étape suivante de son développement : l’organisation de la vente à distance. Le recrutement des vendeurs/-euses est déjà en cours.

« Notre tout premier critère, c’est évidemment la bonne maîtrise du français, puisque nous nous adressons à des clients français et suisses francophones », note M Joannin. Après la sélection, les compétences linguistiques des candidats retenus sont complétées par une formation au français. « Nos employés s’initient également à la législation et aux modes de fonctionnement français », ajoute le gérant du centre, en soulignant : « Ici, on part vraiment de zéro, et il y a encore beaucoup de travail ». Cela dit, M Joannin est optimiste, preuve à l’appui ses prévisions :

« Si tout marche bien, je pense à une équipe de cent personnes en Arménie », se confie-t-il, déjà content de sa petite équipe actuelle, « un bon noyau dur », selon sa propre qualification.

Pour le moment, ce petit noyau dur est très majoritairement féminin (14 jeunes femmes et 1 garçon), ce qui n’a rien d’étonnant, selon M Joannin : « Dans ces métiers-là, il y a souvent plus de filles ». Et beaucoup d’étudiants, le travail dans un tel centre permettant de cumulent études et emploi à temps partiel. « Jusque-là, nous avons beaucoup passé par l’UFAR (l’Université française en Arménie) pour nos annonces », constate-t-il, en ajoutant qu’une coopération avec d’autres universités arméniennes préparant des cadres francophones est aussi très probable pour l’actuelle et les futures campagnes de recrutement.

Pour plus d’informations, visitez le lien de l’entreprise à l’adresse suivante : http://www.easyconseils.ch

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost