Parution d’un nouveau dictionnaire français-arménien

« Mon père aurait beaucoup aimé cette soirée en présence de ses collègues et de ses amis, en plus dans les locaux de l’Ambassade de France, cette France qu’il admirait », s’est confié aux invités Arshak Tovmassian, fils de Tovmas Tovmassian, auteur du Dictionnaire français-arménien des termes mathématiques paru récemment aux éditions Karthala, à Paris. La présentation de l’ouvrage en Arménie a eu lieu le 3 décembre 2015 dans le cadre du cycle des Rencontres de la Rotonde de l’Ambassade française.

Ce soir-là, on était nombreux à rendre, comme l’a noté l’ambassadeur Jean-François Charpentier « un hommage posthume à l’œuvre de presqu’une vie » du mathématicien arménien engagé dans la défense des valeurs francophones qu’avait été Tovmas Tovmassian pendant toute sa vie. 

En effet, le professeur Tovmassian avait consacré plus de dix ans à l’élaboration de la base de ce dictionnaire dont il avait constaté le besoin dès le début de sa carrière pédagogique. C’était au début des années 90 du XXe siècle, période où l’état moribond dans lequel l’effondrement du système soviétique avait jeté le domaine des sciences obligeait beaucoup de scientifiques de réduire leur activité à l’enseignement seul.

Ainsi, « enfants de 12-13 ans, nous avions la chance - dont, évidemment, nous n’avons pris conscience que beaucoup plus tard - de travailler avec l’un des meilleurs mathématiciens du pays », se souvient Aram, « le fils spirituel » de Tovmas Tovmassian qui, après avoir été son élève à l’école Missak Manouchian - l’un des établissements scolaires à dispenser à l’époque un enseignement bilingue français dans la capitale -, est devenu par la suite son collègue. « Grâce à lui, nous avons compris la beauté des mathématiques, et c’est ce qui est le plus dur pour un mathématicien à démontrer », poursuit-il.
En 2003, M Tovmassian était parmi les premiers professeurs à travailler à l’Université française en Arménie (UFAR) nouvellement ouverte. La constitution de la base de son dictionnaire entreprise durant les années les plus dures de l’Arménie indépendante - les « années sombres et froides » où les meilleures conditions de travail se résumaient à une couverture chaude et une bougie - était sur le point d’être terminée. Sous peu, l’ouvrage allait se poser sur les bureaux des élèves, des étudiants mais aussi des professeurs de mathématiques francophones du pays.

Malheureusement, M Tovmassian est parti sans pouvoir tenir son « enfant » entre les mains. Ce n’est que 10 ans après sa disparition que les efforts et le soutien de la famille Pamokdjian en la personne de Manoug Pamokdjian, fondateur de la société française Fineco et mécène à l’origine de maints projets entre la France et l’Arménie, et de sa femme Aravni, qui ont rendu possible la finalisation du projet de leur ami défunt.

Avant de passer à l’imprimerie, la base créée par Tovmas Tovmassian a été mise à jour et peaufinée en coopération avec de nombreux autres mathématiciens, linguistes et terminologues en France et en Arménie. En version finale, sa valeur est difficile à surestimer, selon les spécialistes présents à la rencontre. Sa dimension symbolique non plus, comme œuvre éternisant le nom de celui qui, de son vivant, avait « su être un pont entre la France et l’Arménie pour valoriser l’excellence des deux écoles de mathématiques », comme l’a noté Manoug Pamokdjian.

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost