Troisièmes Assises de la cooperation décentralisée se tiennent à Erevan les 1 et 2 décembre 2016

L’histoire des premiers projets de coopération décentralisée franco-arménienne remonte à l’époque soviétique, il y a une cinquantaine d’années. Pourtant, c’est avec l’indépendance de l’Arménie qu’ils ont pris plus d’importance. En 2016, environ 70 partenariats sont déjà recensés entre 40 collectivités locales – villes ou villages - arméniennes et leurs partenaires français. En plus, depuis 2010, des Assises de la coopération décentralisée sont organisées par les Cités Unies de France et l’Union des Communes d’Arménie tous les trois ans, alternant Arménie et France. Le 1er décembre, leur 3e édition a démarré à Erevan, avec une forte participation des deux côtés.

Le coup d’envoi officiel des 3èmes Assises franco-arméniennes a été donné par les allocutions du ministre arménien des Affaires étrangères Edward Nalbandian, du ministre de l’Administration territoriale et du Développement Davit Lokyan, de l’ambassadeur de France en Arménie Jean-François Charpentier et du maire d’Erevan Taron Margarian, en présence de représentants de collectivités locales et d’acteurs de différents domaines engagés dans la coopération décentralisée entre les deux pays.

Évoquant le dialogue politique de haut niveau et le renforcement des liens dans plusieurs domaines, le ministre Nalbandian – à l’origine de l’organisation des 1ères Assises - a pointé sur l’importance des Assises dans le contexte du développement de la francophonie aussi, sur fond de la nouvelle de l’accueil, par l’Arménie, du prochain sommet de la Francophonie (2018), annoncée à Antananarivo. Le ministre Lokyan a souligné de sa part le partage d’expériences et de bonnes pratiques à travers les projets de coopération décentralisée, « plus importants que le soutien financier ». Avant de lire le message du ministre français des Affaires étrangères et du Développement territorial Jean-Marc Ayrault qui, en raison des engagements antérieurs, n’avait pas pu se rendre à Erevan, l’ambassadeur Charpentier a rappelé le but des Assises, à savoir « de dresser le bilan des activités et de fixer, en même temps, des orientations pour le futur », en notant parmi elles notamment la dimension économique.

Temps fort de la coopération franco-arménienne, les 3èmes Assises déclineront les enjeux de la coopération décentralisée franco-arménienne selon quatre axes : tourisme, agriculture, nouvelles technologies au service de l’éducation et de la formation professionnelle avec un accent sur la promotion de la francophonie, et urbanisme et infrastructures. Les ateliers organisés autour des sujets évoqués seront complétés par des visites de terrain, le 2 décembre. Les acteurs locaux français et arméniens discuteront aussi de nouvelles perspectives de partenariats, ainsi que des manières d’augmenter l’efficacité des coopérations déjà existantes.

Au programme également, la présentation des opportunités des fonds européens pour les partenariats de coopération décentralisée, des réflexions autour du rôle  du citoyen dans la démocratie locale, un forum des collectivités territoriales arméniennes et françaises, agrémentés de témoignages d’élus venus partager leur expérience en matière de coopération décentralisée franco-arménienne. La 3e édition des Assises sera close le 2 décembre, par la lecture de la Déclaration officielle et la signature de nouvelles conventions de coopération décentralisée.
 
Le Courrier d`Erevan reviendra en détail sur cette 3e édition des Assises de la coopération décentralisée dans son Dossier spécial.                                                                                                                                                                                               

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost