La maternelle (à la) française

La maternelle française d’Erevan avait été conçue sous la forme d’une association française loi 1901 pour accueillir les enfants des employés de l’Ambassade de France : en 1999, huit enfants inaugurent ainsi cette école qui est homologuée trois ans plus tard par le Ministère de l’Education Nationale français et par AEFE (l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger) dont les inspecteurs suivent soigneusement le fonctionnement.

Aujourd’hui, l’école maternelle française d’Erevan, la seule de la région, accueille chaque jour 79 enfants. Elle pourrait en compter beaucoup plus si ses locaux le lui permettaient – en fait, la liste d’attente ici se constitue longtemps à l’avance, souvent dès la naissance de l’enfant. Située dans un pavillon un peu en retrait du centre ville, c’est une vraie école « comme en France » avec ses classes décorées, ses dortoirs et ses salles de jeux comme dans n’importe quelle école maternelle en France. La directrice, Mme Arminé SARKISSIAN apprécie particulièrement son équipe pédagogique qui n’a pratiquement pas changé depuis la création de l’école. Les sept institutrices et la directrice, toutes diplômées de l'enseignement supérieur arménien, suivent des stages de formation deux fois par an. Le succès de cette école maternelle fait que parmi ses élèves, seul un quart sont des enfants de Français, les autres étant de nationalités différentes, pour beaucoup issus de familles d'expatriés francophones du Canada ou du Liban, mais aussi de familles américaines qui apprécient notamment les larges horaires d’ouverture de la structure (de 8h à 18h). D’autres enfants sont des Arméniens dont les parents commencent à apprendre le français en même temps que leurs jeunes écoliers... Certains encore sont binationaux: ce sont les petits-enfants des Arméniens rapatriés de France lors du « grand retour » de 1946, pour lesquels l’Etat français assure l’enseignement avec des bourses d’études. Autrement, cette école maternelle privée est l'une des plus chères dans sa catégorie de la capitale arménienne, et ceci malgré des frais de scolarité inférieurs à ceux pratiqués dans d’autres maternelles françaises à l’étranger.

L’école maternelle française d’Erevan possède une toute petite section, deux petites, deux moyennes et deux grandes, formées chacune d’une douzaine d’enfants, au lieu d’une trentaine dans les maternelles publiques. Selon la directrice, les parents font le choix de cette école principalement pour son programme scolaire très complet, pour son cadre de travail agréable car les enfants sont peu nombreux par classe et très encadrés, ainsi que pour l’ensemble des activités d’éveil proposées tout au long de la journée : musique, activités manuelles, jeux et sports, le choix de la langue française étant parfois secondaire. Chacune des sept classes est encadrée par une enseignante et par une assistante. La langue française est enseignée avec les premières notions de langage écrit et oral mais aussi à travers différents modules : l’apprentissage du vivre ensemble - jouer et travailler en collectif, le devenir élève - être autonome dans la vie scolaire, agir dans le monde - psychomotricité, et la découverte du monde - les matières et les espaces, ainsi qu’un peu de mathématiques, chacun de ces domaines possédant ses propres objectifs éducatifs. Les connaissances transmises aux enfants sont les mêmes que dans toutes les maternelles françaises du monde, et s’y ajoutent des cours d’arménien deux fois par semaine car les écoles françaises se doivent d’enseigner la langue du pays d’accueil : “Dans la cour de récréation, les enfants parlent leurs langues maternelles réciproques et ils communiquent avec un langage particulier, mais on essaie de faire en sorte qu’ils parlent français le plus possible”, - raconte la directrice. Les petits enrichissent leur vocabulaire français parallèlement à leur langue maternelle. Bref, un très bel îlot d’enfance à la française en plein cœur d’Erevan. A suivre !  

 

Tous droits réservés © FrancoMédia 2012-2015.

Développement et hébergement iHost